Accueil » Être porté pour grandir…

Être porté pour grandir…

Être soutenu pour pouvoir s’appuyer

Des relations multiples nous tissent depuis les débuts de notre vie. La présence des autres auprès de chacun de nous, dans tout groupe social, nous est nécessaire. C’est un appui indispensable pour nous permettre d’explorer le monde, tout comme il est indispensable de prendre appui pour élever le pied et faire le pas d’après. Et pour pouvoir s’appuyer, il faut être en présence d’un autre qui soutient, porte, exerce une fonction de « porter/soutenir ».

« Porter/Soutenir »

« Porter/soutenir » concerne une partie non négligeable des activités humaines : aider, secourir, soigner, enseigner, éduquer…Il contient en lui l’idée fondamentale d’aider le sujet qui en a besoin. Cette aide nécessite d’intérioriser l’essence de ces activités : contribuer à déployer l’autonomie n’est pas placer l’aidé sous emprise.

Enfant, je n’ai pu grandir qu’en appui sur le « porter/soutenir » de mes parents ou de leurs substituts. Devenu adulte, j’ai besoin sans cesse des autres pour exister avec eux. Et plus encore si je présente des difficultés : maladie, handicap, insertion sociale, échanges culturels… Mais sans parler de « besoin » patent, le « porter/soutenir » traverse subtilement nos relations humaines quotidiennes.

Le « porter/soutenir » des rencontres ordinaires

Les courses au supermarché ou toute autre action humaine de la vie quotidienne sont autant de possibilités de rencontres ordinaires, notamment pour les plus esseulés d’entre nous. Des personnes prennent souvent le prétexte de leurs achats quotidiens pour pouvoir enfin parler avec quelqu’un. Pris par les exigences du management moderne, de la rentabilité, des caméras de surveillance, par les contraintes de clients tentés parfois par une expression agressive devenue banale… les potentialités d’accueillir ces demandes de partage et d’échange humains peuvent être sérieusement entamées. En retour, la personne esseulée, rentrera chez elle certes avec son sac rempli d’objets de consommation, mais davantage déprimée par la sécheresse et la dureté des relations commerciales que quand elle était sortie. Les conséquences à long terme sont la désertification des relations humaines.

Rationaliser jusqu’où ?

Le « porter/soutenir » citoyen gît dans les détails des rencontres ordinaires et le voir peu à peu disparaître est une constatation inquiétante au vu de son importance considérable dans le déploiement des relations humaines. Un monde nouveau surgit de ces observations. Mais ce monde est-il fait pour des humains ? Ne laisse-t-on pas se développer un monde machinique qui rationnalise les relations humaines pour les réduire au strict nécessaire de l’échange des marchandises ? À qui profite ce « crime d’humanité »?
Une perspective d’amélioration de la qualité des objets peut se comprendre à condition de ne pas les fétichiser. Mais est-elle opératoire dans l’amélioration de la qualité relationnelle entre les humains ?
…Se rappeler que l’objectalisation de l’Homme sied à toutes les formes de dictatures et de tyrannies…

D’après Pierre DELION – Extraits de « Etre porté pour grandir » aux éditions www.yapaka.be

Cabinet Gestalt

Revenir en haut de page